photo plante

Chardon marie

Silybum marianum

Auteur photo : Curtis Clark 04.07.2006 modifié par Phytoxperience 07.2009 license GNU/FDL (cf. license)

Description :

Plante vivace de la famille des astéracées, on la retrouve dans les régions méditerranéennes, aux endroits secs et ensoleillés. Elle peut mesurer jusqu'à 1,50 mètre de haut, sa tige est dréssée et robuste, ses feuilles vertes claires, aux marbrures blanches, sont épineuses et assemblées en rosettes, son involucre est gros et épineux, ses fleurs purpurines en capitules solitaires sont visibles en été. Le chardon marie fructifie sous forme d'akènes luisants et sombres, et récoltés bien mûrs pour être utilisé en phytothérapie. Autrefois, il était utilisé en cuisine, ses feuilles étant proche de l'épinard et ses boutons floraux proches de l'artichaut.

Propriétés :

Le chardon marie est principalement composé de flavonoïdes dont la silymarine avec ses vertus hépatoprotectrices et hémostatiques. Il favorise la régénération des cellules du foie et protège la membrane cellulaire. Puissant inhibiteur des intoxications hépathiques et biliaires, il est également utilisé en cas d'ingestion d'amanites vénéneuses. Enfin employé en cas de saignements de nez chroniques ou de règles abondantes. Plusieurs études cliniques ont prouvé l'efficacité du chardon marie en cas de dyspepsie, d'insuffisance hépathique et comme adjuvant au traitement de la cirrhose du foie et des hépatites.

Utilisation courante :

Les akènes de chardon sont principalement utilisés sous forme d'extrait sec à teneur en silymarine standardisée.

Observations :

Contre indiqué à la femme enceinte ou allaitante et en cas d'allergies aux astéracées.