photo plante

Gui

Viscum album

Auteur photo : David Monniaux 02.06.2007 modifié par Phytoxperience 07.2009 license GNU/FDL (cf. license)

Description :

Arbrisseau de la famille des loranthacées, parasite des feuillus caducs et des conifères, il se développe sur les arbres, en forme de boules pouvant atteindre 1 mètre de diamètre. Sa racine suçoire se fixe sur le cortex de l'arbre-hôte pour en recueillir la sève, ses feuilles sont vert-clair et arrondies, ses petites fleurs jaunes en glomérules, disposées aux noeuds des tiges, donnent naissance à une baie globuleuse et blanchâtre (plante femelle). La gui à eu au cours de l'histoire une grande valeur symbolique notamment chez les celtes et les gaulois.

Propriétés :

Le gui contient des cholines, des lectines, des polypeptides (viscotoxine) et des flavonoïdes qui lui confèrent des propriétés hypotensives, immunostimulantes et anti-inflammatoires (articulations). Des études cliniques ont démontré son action positive sur le renforcement du système immunitaire et sur le ralentissement du développemment tumoral de certains cancers.

Utilisation courante :

Le gui (feuilles et jeunes rameaux) est traditionnellement consommé sous forme d'infusion en cas d'hypertension artérielle et de toubles articulaires chroniques. Mais il est administré sous forme d'injection en cas de tumeur cancéreuse ou en cas de troubles articulaires plus sérieux ou dégénératifs.

Observations :

Pas d'automédication conseillée, des effets secondaires existent, les baies de gui sont également toxiques pour l'homme adulte.